mardi 24 octobre 2017

Un ultra en Essonne : le Trail du Viaduc des Fauvettes 08/10/2017


Après ma déception à Annecy fin mai, j'avais très envie de retenter un ultra et pourquoi pas près de chez soi et sur un format un peu particulier : 6 boucles de 17km. Me voilà donc dès début juillet inscrite pour un ultra trail à domicile. La seule inconnue est le dénivelé par boucle.
J'y étais déjà venue en 2015 pour 5 boucles de 10 km. Pour la partie rétro c'est ici : compte-rendu.


le bazar...

Départ de Brunoy le samedi à 22h avec Vania et Nico. Il fait déjà nuit. Route dégagée mais belles averses, les essuie-glaces fonctionnent à fond. Pourvu que ça ne dure pas... Arrivée vers 22h30 à Gometz-le-Châtel, il tombe encore un petit crachin mais rien de bien méchant. 


dossard, tour de cou, gobelet

Après récupération du dossard, nous nous installons dans la pièce où chaque coureur a le droit à sa chaise. Drôle d'ambiance : chacun farfouille dans son sac ou ferme les yeux sur sa chaise. Ça ressemble à une "chambre d'appel" !


ça réfléchit !


en attendant le départ...

A 23h30, tout le monde est appelé dans la grande salle. Tout le monde rentre dans la salle. Les "abonnés" de la course sont présentés un à un... ainsi que les 8 filles présentes (sur 101 personnes ayant retiré leur dossard) ! Nous sommes peu nombreuses. Quelques consignes et il est l'heure de sortir pour prendre le départ. Sur la ligne je retrouve Steph le Savoyard, aperçoit Luca Papi qui va lui aussi tenter son premier 100 bornes et Luca Papi (encore lui, il est partout) ! Il pleuviote un peu. 


sur la ligne de départ !

On part lentement mais au bout de 30 minutes il ne pleut plus et j'ai chaud. J'enlève la veste il fait doux. Nous courons tous les 3. La première boucle va passer très vite : 2h14 ! Premier arrêt au gymnase : pose pipi - super pratique un WC dispo tous les 17km - et premier ravitaillement. Un peu déçue car pas de fromage, je prends donc des noix de cajou...

C'est reparti pour une boucle. Le manque de sommeil va commencer à se manifester pour moi. Tendance à tituber... Et ça ne va pas louper, première gamelle sur un chemin plat sans difficulté juste un petit caillou qui dépassait. Bref pas de mal mais c'était un petit rappel à l'ordre... Deuxième boucle en 2h33.

Troisième boucle ou comment le manque de sommeil est une torture. Je ne m'étalerai pas sur la nuit précédant la course : 4h de sommeil et de très grosses émotions. J'ai bien tenté une sieste mais je n'ai pu dormir que 30 minutes... largement insuffisant. Je vais souffrir sur cette boucle. Nico aussi mais des genoux lui. Je n'attends plus qu'une chose le lever du soleil et pouvoir fermer les yeux quelques minutes dans la chambre d'appel !!! Nico a sa frontale qui flanche, il se met à changer ses piles à l'aide de la lumière de son portable, et nous dit d'avancer. J'avance avec Vania mais Nico ne revient pas. Le jour se lève mais pas de soleil en vue. Le ciel est gris... Seule joie, nous voyons à Gometz-le-Châtel sur la ligne de départ Aziz, Fred et Fabrizio prêts à prendre le départ du 50km !


Fred, Fabrizio et Aziz avant leur départ

sur le parcours, ils rigolaient un peu moins ;)

Ils ont la pêche. Ça fait du bien ! Je profite du passage dans la salle pour changer de tee-shirt, m'allonger sur 2 chaises mais impossible de dormir. Vania en profite pour strapper son TFL qui se réveille... Un peu inquiètes car pas de Nico en vue... Boucle bouclée en 3h03 !

Quatrième boucle ou la boucle de la déception. Le jour s'est levé mais pas de soleil et j'en aurai eu bien besoin pour faire passer cette satanée envie de dormir. J'avais imaginé qu'à partir du jour une deuxième course allait débuter mais ce n'est pas le cas. Cette boucle sera égayée par le passage de Loïc, Patrick, Fred, Thierry, Aziz et Fred. A chaque fois, les encouragements nous font du bien. Nous allons beaucoup nous faire doubler par les concurrents des autres courses, tous sont très sympas avec nous ! Boucle courue en 3h27. 

Cinquième boucle : la plus dure psychologiquement car nous savons que nous devrons encore passer une fois sur tout le parcours. J'ai mal au pied gauche. Je m'arrête pour desserrer mes lacets. Avec Vania, sur le plat nous alternons marche et course. Seul moyen d'avancer encore. Des coureurs du 50km nous doublent notamment Annaïck avec qui j'ai partagé un bout de couverture cette année dans la montée aux Arcs sur la Course du Coeur. Elle fera même un podium. Elle a encore une belle foulée... mes pieds rasent le sol. Au ravitaillement c'est la même bénévole (je ne connais pas son prénom) qui nous encourage à chaque tour et nous aide sur le ravitaillement. C'était bien sympa !



c'était elle notre supportrice !


Temps passé sur cette boucle : 3h30.

Sixième et dernière boucle. Le parcours devient calme, les promeneurs du dimanche reprennent possession des lieux (il est 14h47). Malgré ma chaussure desserrée, j'ai l'impression que mon pied en a profité pour regrossir :) Nous ne parlons plus, nous sommes en mode automatique et parfois l'envie de dormir me fait tituber... mode zombie pour résumé !!!


devant ce fameux Viaduc des Fauvettes

Un peu avant d'attaquer la 6ème ascension du Viaduc des Fauvettes - envahi ce jour là par un regroupement de spéléologues - un coureur vient à notre rencontre (c'est Gilles l'organisateur de la course) 


c'est lui qui nous a fait courir les 3 derniers km

et nous dit qu'il s'inquiétait pour nous ! Etrange car malgré notre lenteur, tout va bien, nous ne sommes pas dernières et nous avons bien entamé la dernière boucle avant 16h. Après quelques foulées, il va m'avouer qu'on nous attend pour le podium. Vania et moi sommes 3ème ex aequo !!! Il reste encore 3km et il va nous faire courir le bougre !!! Sabine est arrivée à 14h30 et Vivi à 15h30. Elles nous ont attendu quelques heures... merci ! Nous allons jouer le jeu et courir jusqu'à l'arrivée. Il y a encore du monde pour nous accueillir et à manger !!! Boucle faite en 3h30 et 100km effectuée en 18h17'27, 57ème sur 101 partants et 68 arrivants.


toutes au complet !

Le podium est fait dans la foulée dans une ambiance bon enfant. Plein de cadeaux comme à l'habitude : miel, fromage, chocolat, bière. Que des produits du coin, du matériel de running aussi. Bien gâtée.



de bons produits locaux !
Encore une bien belle course. Beaucoup de souvenirs et la fierté d'avoir réussi mon premier 100 bornes. J'aurai même quelques points itra :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à mettre un petit mot !